opera1

Avertir le modérateur

- Page 2

  • Un homme au musée...

    Moi président, qu'est-ce que je fous là? anaphore de café...

    Et l'homme, en effet, était bien seul, parmi les autres statues qu'il avait lui-même conviées...

    Dans un décor aux couleurs pastels, l'homme trônait, rose de confusion, ou  alors la maquilleuse a forcé sur la poudre...

    Face à lui, deux journalistes; un qu'il a choisit, l'autre qu'on lui a imposée...la plus pertinente, selon jugement...celle qui avait déjà "fait péter le décolleté", dont le président a fait fi...

    Et quatre "français" triés sur le volet... du palais;

    Soirée télévisée destinée au président de notre belle république; la république du "ça va mieux";

    Ce qui veut dire que le malade n'est pas guéri; en médecine, deux options; ou il s'en sort, ou il meurt;

    Question: qu'est venu faire le président dans cette galère? l'a même oublié de parler du chômage; un comble... et le jeune a eu "l'impression d'avoir été écouté mais pas entendu"...

    On sait bien que la dernière mode de  la com est de faire dans l'interactif à tout prix; Facebook, twits et réseaux de tout poils ne suffisent plus;

    Se retrouver, même la nuit;

    Bof, ça ne casse rien; sauf du verre...

    Pour un président qui n'a jamais été aussi bas dans les sondages, lui proposer le musée de l'homme était prémonitoire;

    L'homme reste pourtant très sympathique; la preuve est que la grande journaliste "qui monte" -on ne sait sur qui-, et diamantaire atavique, lui a parlé comme à un oncle de province venu à la communion de la petite;

    Il s'est laissé interrompre sans cesse et sans broncher; on a imaginé le petit nerveux à sa place...comme quoi, il est grand temps de repenser la fonction du président de la république.

    Quelle classe! mais on peut tout aussi bien imaginer que c'était de la pure condescendance, voire même du mépris;

    Puisqu'il a la réputation que tout glisse sur lui, comme l'eau sur les plumes d'un canard,

    Bien qu'il ait affirmé "qu'il était sensible", et que gouverner, c'est toujours avec la tragédie...

    Et si cet exercice n'avait servi à rien?

    Pas seulement au regard du faible auditoire, mais puisque les français le rejettent en masse, quoiqu'il dise, c'était nul et non avenu.

    Du coup, on a vu les deux côtés de la barrière; un discours politicien, face à une contradiction de la rue;

    1h 45, le temps d'une mauvaise comédie à la française; les visiteurs, par exemple:

    OKKKKK, mais visiteurs d'un soir: désespoir.

    Allez; courage François, homme tellement normal, notre pote à tous; encore une année à faire le dos rond, dans un pays de toute façons irréformable;

    Depuis le grand Charles, on sait que "les français sont des veaux", Et "qu'il est impossible de diriger un pays qui comporte deux cents sortes de fromages!"

    ils ne parviennent plus à en manger ou alors du bio, sans hormones; mais seulement ceux qui gardent un pouvoir d'achat...

    Mai 2017; qui? Macron au palais? bof top tôt; mais "la Trogneux, elle, en veut... mystère...c'est ça, et uniquement ça, qui nous fait croire encore à la politique et à ceux qui la font...

    Quant à François, on peut toujours lui réserver une place au musée...Grévin;

    S'il n'a pas été roi, il sera tout de même de cire...

     

     

    PS:

    Sarko au Vatican; c'est lui qui a téléphoné au secrétariat du saint siège, pour être reçu avec son mannequin, par Papounet François; il paraît que Sa Sainteté n'aime pas "qu'on lui force la main"; aussi a-t-il refusé les photos.

    Sacré Nicolas, l'arrêtera jamais ses gamineries.

     

     

  • L'opium du peuple...

    ...c'est la religion, selon tonton Marx, qui ajoutait que c'est une pure illusion, sortie de notre imaginaire; tant l'homme a besoin d'illusions pour croire(...)

    L'opium dégage l'esprit, mais n'a jamais rendu spirituel, ajoutait Maître Cocteau, en faisant bourrer sa pipe par marais, euh, pour se marrer...

    Comme on n'arrête pas le progrès, parlons cannabis;

    Et à chaque fois qu'un parlementaire est frustré par son absence dans les médias, il remet à l'ordre du jour le débat de la légalisation du cannabis; aussitôt contredit par sa hiérarchie.

    C'est Jean-Marie Le Guen, cette fois, qui est aussi pour l'ouverture des salles de shoot, pour ne pas marcher sur les seringues...

    Débat pourtant nécessaire, qui revient régulièrement, et qui précipite les égos dits spécialistes sur les plateaux télé; comme le "professeur" Debré, député LR; et accessoirement urologue, celui-là même qui a râpé la prostate de l'illustre inconnu du Val de Grâce, juste avant qu'il prenne ses hautes fonctions à l'hôtel d'Evreux*;

    Un député qui est pour "des amendes " infligées aux gros bonnets(...)

    Pas davantage; car enfin, si on légalise le cannabis, que vont devenir précisément ces gros bonnets?

    A l'évidence, ils vont souffrir d'une concurrence déloyale;

    Resteront les élégants, en cols blancs, fournisseurs officiels des institutions en place, des pignons sur rue qui vendent de la" bonne" pour tenir debout...

    Ceux-là ont nul besoin de faire le guet dans des cages d'escaliers crasseux, mais ont rendez-vous devant le porche des beaux immeubles Haussmannien, dans des belles voitures aux vitres teintées...

    La coupée, c'est pour" deboutlanuit"; qui repousse l'effet de la mélatonine, l'hormone du sommeil, dont notre belle jeunesse a pourtant bien besoin; de la camelote chère le gramme, et très mauvaise pour la santé; enfin, pas la jeunesse qui se lève tôt; celle-là dort bien, même sans pyjama...

    Cette jeunesse, pour qui l'opium du peuple est devenu la politique; il faut changer çà...

    Bref, un débat hypocrite de toujours, coincé entre les politiques et le marché parallèle, une fortune qui provoque des règlements de compte; l'argent de la drogue, qui sert à acheter des armes, pour faire une guerre ici ou là, dont celle d'actualité, qui parle d'une religion hautement frelatée, une illusion devenue réalité, au point de détruire;

    Et cela ne fait que commencer; de quoi sniffer de la poudre à bascule pour voir des éléphants de plus en plus roses.

    Tant que les gros bonnets s'enrichiront en détruisant les neurones de ceux qui ne portent qu'un chapeau, rien de changé sous la neige, et la légalisation n'y changera rien non plus.

    A moins que le sieur Le Guen ait sauté sur l'occasion, quelle que peu démagogique, pour récupérer les "jeunes":

    Mais non, ce n'est pas le genre de la politique;

    Où alors, ce serait vraiment à désespérer du genre humain...

    C'est un uniforme, de ceux qui protègent les braves gens, qui disait en avoir toujours quelques grammes dans sa poche, de la bonne,  pour affronter les jeunes en colère; car les jeunes, de tout temps, ont été en colère, avant de devenir des notables...

    Mais tout est dans tout, comme disait Jean Cocteau;

    Et réciproquement, ajoutait Jean Marais.

     

    *L'hôtel D'Evreux, joli hôtel particulier du faubourg Saint Honoré, construit sous, et pour Jeanne Poisson, dite Marquise de Pompadour, maîtresse en titre du roi Louis XV;

    On se demande si Julie sent la poisson quand elle monte dans la chambre du roi...

     

    PS un anniversaire;

    C'est ce jour les 40 ans de mariage ...des Balkany;

    Noces d'argent? même pas; d'émeraude seulement; avec cadeau réglé rubis sur l'ongle...

  • Podemos et peau de banane.

    Onzième nuit debout à la Répu; ce matin, on s'est fait virer manu militari...

    La maréchaussée a même démonté les tentes; une raison de plus pour lutter contre l'homophobie...ouaf ouaf

    Allo, mère, tu m'entends?

    Oui c'est moi; je suis bien arrivé, sans problème, nonobstant la promiscuité; j'ai trouvé un taxi au bout de notre rue; ici, je suis sous une pluie fine et désagréable, mais, cela n'entame en rien ma bonne humeur;

    Car enfin, cela suffit, nous autres les jeunes, on ne nous respecte plus...

    J'ai fait stopper le taxi au bas de la rue Saint Martin - à ce propos, mère, tu me dois 60 euros- eh oui, Le Vésinet /République, ça fait un bout...comment ? le métro? mais tu n'y penses pas; trop microbien; bref, je viens d'enfourcher un vélib;

    Bien pratique, ces petites machines...arrivé place de la République, j'ai dérapé sur un trottoir tout près d'une bassine de merguez; l'odeur de graillon porte au cœur ...et à celui de la manif, ouaf, ouaf; tout cela n'est pas très encourageant; il faut vraiment être motivé...

    J'ai acheté deux bananes pour tenir le coup; le tout est de parvenir à approcher une poubelle pour jeter la peau.

    J'ai fait fi de tout, me suis repris fièrement; j'ai même retrouvé des amis...allo mère, tu m'écoutes?, oui,j'ai des amis...enfin, appelle ça comme tu voudras;

    Et malgré la nuit tombante...comment? oui évidemment, puisque le but est d'être debout la nuit; mais c'est compter sans mon agoraphobie chronique; aussi, j'ai pris une grande respiration, et me suis lancé dans la masse...

    Au moment où je te parle, une jeune fille est entrain de grimper sur la statue de la République, qui en a vu d'autres...

    Ah malheur, voilà les voyous, les fameux casseurs; ils ont des pavés;

    C'est drôle, je pense au pavé de cabillaud, sauce mexicaine, que Maria nous mitonne le vendredi...

    Pan, c'était à prévoir, le premier pavé a atterri dans la vitrine de la Société générale; heureusement que tu n'as pas un coffre là-dedans...

    Bref, je suis tout de même très heureux de ma contribution à l'avenir des jeunes; j'espère que père et toi seront fiers de moi, vous qui dites toujours que je n'ai pas les pieds sur terre;

    C'est précisément parce que je suis en cinquième année de médecine, que je m'intéresse à mes congénères...comment? oui, évidemment, ce sont tous des futurs patients;

    L'avenir, c'est demain, même en état d'urgence;

    A propos, je ne t'ai pas dit: c'est décidé, je serai urgentiste...

    C'est Pelloux qui me l'a conseillé;

    A demain, mère...

    Comment?, non, je ne porte pas mes chaussures Gucci; rassure-toi...

    Juste mes Nike. Bonne nuit mère;

     

    PS

    Un texto, mère:

    Dans le taxi du retour, je lis sur mon IPhone 8, que le premier ministre va gonfler les bourses des étudiants; ce qui peut être douloureux sur la selle des vélibs.

     

     

  • Va donc, eh...

    ...Pédé; insulte suprême, généralement précédée de l'adjectif sale;

    Ce qui est un non sens, car chacun sait que l'homo de base est un homme soigné, par conséquent propre sur lui, et qui sent bon; trop parfois; mais l'insulte est relative à l'homophobie, ce qui peut conduire l'agresseur devant les tribunaux.

    Mais hélas, pas dans le cas récent de ce patron d'un salon de coiffure, qui a licencié un employé, parce qu'il en était, du bâtiment, de la jaquette, bref, pédé...

    La victime a porté plainte et s'est vu...déboutée, sous le fallacieux prétexte que 98% des coiffeurs sont gays;

    De ces êtres fragiles, qui font des volutes avec leurs petites mains potelées et embagousées, en postillonnant des vérités dans le dos des clients(tes), généralement piquées dans les journaux people, qui vont de la libido de Stéphanie de Monac', du dernier lifting (raté) de la Deneuve, jusqu'au quotient intellectuel de Nabilla...

    Même si c'est vérifiable, au même titre que les couturiers et les brocanteurs, cela reste de l'homophobie, donc condamnable...

    Les métiers du soin et de l'esthétique, attirent des gens qui, sans cela, viendraient grossir les rangs du chômage.

    Le patron de la chope à lopettes, a tout de même écopé d'une amende de 5000 euros, somme raisonnable, et surtout symbolique, histoire de ne pas banaliser l'insulte, qui vient immédiatement après la couleur de peau...

    Alors imaginez un africain gay...non, même pas en rêve...

    N'empêche pas que votre serviteur a rencontré un rugbyman, (paraît qu'ils sont légion) et un routier très sympa qui rotait sa bière , et sentait sous les bras, très proches des hommes...

    des hommes, des vrais;

    La blague la plus courue du monde hétéro " on n'est pas des pédés", selon le vieux fantasme du "comment ça se peut mais voyons- voyons"...

    Dont on sait que les plus virulents sont ceux qui sont tiraillés par la chose(...)

    Entendu dans un dîner bobo: un courtisan qui voulait amuser la galerie et faire son petit effet de cabotin, s'adresse à son vis à vis qu'il savait gay:

    "Dites-moi, Cyril, ça fait mal de se faire enfiler?!"

    et de s'entendre répondre:

    "Tu m'as déjà posé la question hier soir; je t'ai répondu,: détends-toi, tu vas voir, ça va bien se passer!!

    Et en plus, ils ont de l'esprit, ces pédés; d'escalier certes, mais de l'esprit:

    Et comme disait l'autre; le meilleur de l'amour, c'est quand on le monte:

    l'escalier.

     

    PS politique:

    Alain Juppé dit que Mr Macron "ferait mieux de faire son boulot de ministre";

    ça commence bien: l'un bientôt au palais, l'autre à Matignon...

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu