opera1

Avertir le modérateur

- Page 5

  • Allez zou, tous à poil...

    Les temps sont si moroses qu'on voit fleurir une foule de manifestations en tous genres;

    Comme un yoga collectif au champ de Mars; encore heureux qu'il ait fait beau et que...

    Ce week-end aux quatre coins de la capitale on pouvait se rassembler un peu partout et se faire de vrais amis...les toucher; un facebook tactile...

    Et comme disait notre pésident aux temps révolus de son langage provoc" Aujourd'hui, quand il y a une grève, personne s'en aperçoit"

    Message reçu et médité; il fallait donc trouver une idée originale pour attirer l'attention;

    Et le défilé des enseignants était au poil..et ...nus!

    Qui en a eu  l'idée? on ne sait pas; à moins que ce soit la très pieuse Christine Boutin qui ait fait des émules; elle qui a dit" moi, j'aime me promener nue!"; chez elle; ouf.

    A poil...pas à l'île du Levant; où sont parqués les adeptes du naturisme; là où on fait ses courses à la superette, les bijoux de famille posés sur le caddie.

    Non; dans la capitale ensoleillée, on a vu des torses velus et des soutien-gorges de la redoute; et ce fut...redoutable;

    Ce n'est pas une question de pudeur, ou d'indécence; encore moins de morale:après tout, on vient au monde nu; c'est après que ça se complique...

    Simlple question d'esthétique! Tout le monde ne peut pas prétendre figurer sur un calendrier, et tout le monde ne fait pas du rugby,  un ballon coincé entre les jambes... ( y en a qui ont de ces prétentions!)

    Sans parler de la crédibilité de l'instit qui a exposé sa cellulite à la vue de ses élèves...ou flagelle au vent; (mais il y avait des caleçons)...elle (ou il) risque d'être quelque peu chahuté(e)...c'est bien connu: les p'tites bites sont montrées du doigt...

    Ah bien sûr, on peut comprendre qu'avec ce qui attend "les français", il faille faire diversion;  regarder ailleurs;

    Finalement, c'est du shopping en plein air, et il y a toutes les tailles.

    allez, cachez ce sein...

    A moins que montrer son cul soit une façon de dire merde...

  • Les apparences...

    Quoi que l'on fasse, on est toujours victime de l'image que l'on renvoit; la tête de l'emploi;

    c'est barré sur le front: winner ou louser

    Installée dans l'inconscient collectif, cette image colle à la peau; rares sont ceux qui peuvent prétendre à un contre-emploi; les comédiens le savent bien;

    Jean Gabin pouvait être clochard ou Baron; il était crédible; peu avec lui.

    Dans le monde politique, c'est une évidence; notre président, vieil enfant capricieux, s'est sabordé en raison de l'application  naturelle de son image; c'est sans doute celui qui a donné le plus de mal aux conseillers en com...

    Edouard Balladur, avec sa tête de gardien du musée Grévin, dissimule mal le mépris des autres; à peine plus accentué mais chez lui, ça se voit!

    Depuis quelques jours, le nouveau président du plateau, au Sénat passé à gauche, grande première, Jean-Pierre Bel, s'attire les commentaires médiatiques badins, dubitatifs, voire ironiques...

    Avec sa tête d'élu rural, qui inaugure les monuments aux morts, son accent pointu ses "R" qui roulent, le voilà deuxième personnage de l'état; oui m'sieurs dames;

    Ce petit bonhomme aux allures paysannes descendra dans le bunker du "bouton rouge" en cas de défaillance du président, si besoin, bien entendu!

    Parce que tout de même, on se demande vraiment si on peut faire confiance à un type qui...a cette tête-là!

    Et le bel Arnaud rêve de Matignon,

    Il a au moins, la tête de l'emploi, lui...

     

  • Le théâtre est en deuil...

    " Dites-moi, mon bon,Antuaneuu, quel âaage meu donnez-vous?"!

    Eh bien nous en parlions avec Firmin; lui disait 34 et moi, 37, 38 pas plus!

    C'est vous qui étiez dans le vrrrrai!!"

    "Le sexe faible", d'Edouard Bourdet, avec la grande des grandes dans le rôle de la baronne russe et nymphomane.!

    Et Les amoureux du théâtre se joindront à moi, j'en suis sûr, pour rendre un hommage ému à une des plus grandes, qui vient de disparâitre à l âge de 87 ans;

    Mademoiselle Denise Gence; nous l'attendions (nous les fans inconditionnels) pour sa dernière apparition en 2010, une lecture au studio de la comédie française, un mardi,  à midi; elle avait annulé, déjà très souffrante;

    Dès que Denise Gence entrait en scène, la salle retenait son souffle; une des rares qui "habitait" les planches; elle n'avait pas sa pareille pour "respirer" un texte de sa voix rauque et accrochante;

    Elle a tout joué ; tous les registres; ;aussi égale chez Feydeau que chez Ionesco ou Beckett; Claudel, Genêt; et bien sûr, le patron Jean-Baptiste, comme elle l'appelait; le cinéma l'a boudée; pourquoi? (remarquée, en 57 dans "Pot Bouille" de J.Duvivier.)

    Beckett: Oh les beaux jours: quelle Winnie! plongée dans la terre jusqu'au cou, son petit chapeau sur l'oeil, on était bouleversé dès la première réplique; on en oubliait la créatrice: Madeleine Renaud.

    Et madame Petitpont; "de la dame" celle qui croit aux apparitions; et la soeur incestueuse d'un nazi dans "avant la retraite" de Tomas Bernhart; Ionesco, les chaises, avec Pierre Dux;  Goldoni; "la trilogie de la villégiature", la fameuse scène avec Françoise Seigner, autre grande.

    125 rôles! une femme intègre, sans concession, dans la vie, comme en politique; elle a claqué la porte du théâtre Français après 40 années, (de 1946à 1986) parce que Jean Le Poulain venait d'être nommé administrateur.

    Divergence politicienne( entre autres); car aux dires de certains qui y ont effectué un cours passage: le français, c'est la maison des Atrides!

    A Le Poulain: elle ne lui adressait jamais la parole entre les répliques! géniaux, ces deux-là, dans la dame de chez maxim's.

    Elle appartenait à cette génération de grands comédiens de la comédie française; l'ère Charon/Hirsch; elle a joué avec chacun d'eux; Boudet, Piat, Duchaussoy, Seigner, Sereys, Dhérant, Aumont, Samie, Hiegel, Gaudeau (chère Yvonne et son rire métallique);Et tant d'autres.

    De grandes comédiennes, et aussi des femmes peu aimables qui ne répondaient pas à votre salut, quand vous les croisiez dans les couloirs de la grande maison; là, où même Raimu a passé deux années!

    Ah miss Gence; j'ai eu le bonheur d'obtenir un autographe ...dans le métro! elle jouait "avant la retraite" à la colline; je la revois dans le couloir du métro Gambetta, son couffin à la main, emmitouflée dans une cap;  elle a signé "Gence" Pont!  Une "Célestine" si attachante, petite fille tourmentée et perverse;

    Géniale; avec quelques autres, (Melles Darrieux, Moreau, Robinson, Flon) elle avait l'aura en plus; elle s'emparait du public sans besoin de tirer la couverture.'(ils étaient mauvais ce soir, mais je les ai eus quand même!)

    De la petite fille à sucettes dans "en passant par les nuages" de Billetdoux, jusqu'à la vieille dame que les enfants plaçaient en maison de retraite, sa dernière apparition sur scène en 2002 au vieux Colombier; je n'ai jamais raté Mademoiselle Gence, pour moi : LA plus grande!

    Reposez en paix chère Denise Gence, qu'il vous soit remercié des émotions rares intenses; sans vous plus jamais ressenties..

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu