opera1

Avertir le modérateur

- Page 8

  • Lettre ouverte à une mère...

    ...d'un schizophrène;

    Certes, madame, vous avez fait votre devoir; avez prévenu les instances; votre fils schizophrène ne prenait plus son traitement...il était inquiétant: la police est venue et repartie car le patient était calme; donc aucune raison de l'embarquer...s'il n'était pas sous HO ; c'est la loi; vous avez averti également son psychiatre qui a dû vous rassurer en vous donnant une réponse objective et très professionnelle(...)

    Quant aux visites à domicile de l'infirmier(ière) de secteur, dans le cas de la crise aigue, elle est parfaitement inefficace, voire inutile, le patient n'étant pas de facto coopérant; le visiteur ne fait qu'éxacerber la crise.

    Alors quoi? faut-il attendre le drame, dites-vous? là, il est malheureusement arrivé; il a poussé un homme sous le métro; la pulsion délirante; quatrième cas depuis le début de l'année...

    Sujet délicat, car personne n'est vraiment responsable, sinon le patient lui-même, la preuve: cet expert l'a jugé comme tel et emprisonné;lui déjà si souvent "en prison dans sa tête".

    La psychiatrie de secteur fait son travail avec le manque de moyens qu'on lui connaît; et traite la crise aigue souvent en ambulatoire...on ne peut pas mettre un soignant derrière chaque patient qui arrête son traitement, ce qui arrive trop souvent...

    Le professeur Olié, chef de service à Saint Anne, a raison quand il dit que l'on se trouve devant un "vide"...avant qu il ne devienne juridique c'est un vide soignant: une injonction au patient à suivre son traitement retard en ambulatoire; car nous avons les moyens chimiques de soigner les schizophrènes en éradiquant le délire, à condition qu il suive SCRUPULEUSEMENT son traitement.(600 000 personnes sont diagnostiquées schizophrènes; et très peu de drames; mais les stats ne pèsent pas lourd devant cette réalité) .

    Vous travaillerez maintenant, madame, sur votre culpabilité; les familles de malades mentaux ne sont pas assez informées: rassurer déculpabiliser, passer la main; même si vous avez trop souvent l'impression "qu'on ne fait rien", nous les soignants..

    Les psys ne sont pas des chirurgiens...ils ne peuvent rien ôter; seulement ajouter...surtout de la confiance.

    Bon courage, madame.

  • La rumeur tue..

    La rumeur: le sujet de l'excellent roman de Simenon, porté à l'écran pour la première fois en 1946 avec Michel Simon sous le titre de "Panique" et un remake de Patrice Leconte "monsieur Hire"...

    La rumeur: les gens n'aiment pas que... chantait l'homme a la pipe...celle-là s'insinue, enfle, est déformée, et peut aller jusqu'à l' irréparable...

    Quand la rumeur, c'est l'impasse(...)

    Et puis il y a l'autre rumeur ...la cuisine interne des gens célèbres, des hommes et femmes qui nous gouvernent...

    Comme dit ma gardienne," ça doit pas sentir bien bon dans les salons dorés";

    Alors voilà; le couple présidentiel bat de l'aile...de deux choses l'une: ou on cancanne ou on méprise...vengeance, dit-on? ah les femmes entre elles!

    On peut aussi réagir en disant qu'on nous prend vraiment pour des truffes...

    Un couple fabriqué parce qu'un homme de pouvoir (absolu) ne peut apparaître seul, ou alors se justifier ,c'est nécessaire ( le maire de Paris);ne dit on pas que les femmes sont fascinées par les hommes de pouvoir? ceux qui "en ont'"...

    C'est bien les femmes qui aiment vraiment les hommes; le corps de l'homme, le sexe de l'homme! mieux que les castratrices(...)ce n'est pas la majorité et la réciproque est tellement vraie(...)

    Le reste s'étale sur papier glacé dans les salles d'attente; on ne demande pas de croire mais simplement d'acheter du people...la vie par procuration, pour donner du piquant à nos vies bien ternes(...)

    La belle dame qui chante vit dans son bel appartement du 16e, ne voit pas souvent son célèbre mari qui a un emploi du temps de ministre!...dès le début, la rumeur a couru sur le grand penchant de la dame pour la gente masculine...et alors?

    Ou on cancanne ou on méprise...

    Et le linge sale de luxe s'entretient avec beaucoup de délicatesse...

     

     

     

  • Le mauvais regard...

    Ce n'est pas pour faire le savant prétentieux, mais lorsque l'on maîtrise pas trop mal un sujet, on se doit de faire une pédagogie réitérée surtout quand cela concerne nos congénères...

    Il s'agit en l'occurence, de la schizophrénie...la première des psychoses est dans l'actualité, hélas depuis le début de l'année...

    La quatrième personne poussée sous le métro ou RER ; celui de la gare de Lyon aux aurores; un malheureux a "jeté un mauvais regard" à ce jeune homme qui l'a poussé sous le métro à son entrée en gare...il a "avoué", libéré de cette pulsion...parce qu'il a tué; à ce moment précis, "ce n'était pas lui, mais l'autre".

    Et voilà: encore un: j'entends d'ici la vindicte populaire: mais que font les psys?

    Le maximum figurez-vous, mes chers amis!...la forme la plus grave de la schizophrénie: les éboïdophrènes; délirants, persécutés en permanence, paranoïaques, ils ont "besoin" d'une pulsion pour se libérer d'une pression insoutenable...pulsion qui s'avère presque toujours fatale...

    Des patients moins souvent hospitalisés, faute de moyens, encore qu'il ne soit pas nécessaire (n'étant pas la solution) de maintenir les gens enfermés, la crise passée ou estompée...il n y a pas de solution idéale...

    Nous avons à notre disposition une batterie de molécules très efficaces, des neuroleptiques sans trop d'effets secondaires, permettant aux êtres souffrant de cette terrible maladie mentale de vivre à peu près comme "tout le monde"... médicaments sous des formes diverses, particulièrement le traitement retard par injection, s'avèrant très rassurant car l'effet thérapeutique est permanent.

    A la seule condition que le patient suive SCRUPULEUSEMENT son traitement; ce qui n'est hélas pas toujours le cas...

    Sans protection chimique, il y a recrudescence de l'activité délirante, sachant que celle-ci est toujours présente à bas bruit...

    Alors bien sûr pour la victime, c'est la faute à pas de chance(...)il ne faut pas se trouver là(...)  si l' on croit au karma, on dira sans cynisme que c'était son jour...

    La (vraie) folie est et sera de plus en plus dans la cité; il faut apprendre à vivre avec elle; ce n'est pas seulement une question de tolérance, mais aussi et surtout de pédagogie; la surmédiatisation dénonce, juge et accuse plus que de raison, au détriment de la connaissance...

    On n'est jamais à l'abri de rien...les schizophrènes le savent bien, eux aussi....

  • De plume et de plomb.

    Ce samedi 15 heures, tous dans les rues avec...son oreiller en (vraies) plumes pour la bataille de polochons...le lieu ne sera désigné qu'à la dernière minute...sans doute pour éviter les forces de police armées de leur bouclier en plexis et leur matraque de plomb...

    Mais, au risque de passer pour un vieux con réac et empêcheur de s'emplumer en rond, je pose une question: la société est à ce point en déliquescence pour en arriver à de telles "distractions"? à moins que ce soit une bouffée diversive à cette société de plus en plus anxiogène...

    Faire appel à des sympboles de l'enfance pour créer un semblant de solidarité, et avoir recours à des jeux débiles de petits branleurs d internat: triste...

    Si ce n'est que l'homme a besoin de se rappeler de l'enfant qu il a été ; dommage qu' il ne continue pas à jouer à la guerre avec des révolvers en plastique " pan, t'es mort, on dira que t'es mort, et tu te relèves à la fin, comme au cinéma.

    Parce qu'à deux pas d'ici, hier comme avant et comme demain, un homme en a poussé un autre sous le métro, une bande a tué un vigile de super marché...la liste ne sera jamais exhaustive...

    Et les hommes politiques préfèrent qu'on se colle des plumes sur la tête, ( ce n'est pas plus ridicule qu'autre part!) car ils ont trop à faire (semblant) avec les voyous qui caillassent des bus et que des prolos qui menacent de foutrent le feu à l'usine...

    Faut bien que jeunesse se passe...et l'oreiller est aussi le symbole de confidence et de pouce dans la bouche, quand maman nous racontait une histoire avant de nous endormir... un beau conte...pas l'histoire de l'humanité :

    Parce que là, il y a de quoi les crever...les oreillers...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu