opera1

Avertir le modérateur

- Page 2

  • Un riz qui colle bien...

    Certaines infos prennent parfois des allures de gags;

    Entendu au journal de 13heures sur France inter:

    Haïti: un jeune homme délivré, après avoir passé 27 jours sous les décombres; il était en train de faire cuire du riz quand son immeuble s'est effondré, et c'est ce qui l'a sauvé(...)

    Voyons; à raison d'environ cinquante grains de riz par jour, je pose cinq et je retiens trois, çà nous fait 1350 grains de riz; environ cent cinquante grammes; un nouveau régime: du riz à la sauce béton(...)

    On ne parlera pas du traumatisme qu'il a subi et qu'il va traîner toute sa vie, s'il résiste...ainsi que ses compatriotes.

    Simplement, si l'on n'y prend pas garde, on finira par banaliser-si ce n'est pas déjà trop tard- les pires horreurs dont l'homme est capable ou victime, dans l'enchevêtrement, dans le fatras d'infos...

    Si la mère ne congèle pas son foetus, l'ado qu'il deviendra s'exposera à recevoir un coup de couteau dans la cour de récré, et si les psychiatres n'enferment pas les psychopathes, il y aura de plus en plus de femmes violées...etc; voilà...le reflet du discours de l'inconscient collectif...

    Mais le quotidien est si anxiogène, qu'il faut peut-être le banaliser pour continuer à vivre avec son lexomil dans une main et son bol de riz dans l'autre...

  • Les cimes du docteur Cymès...

    Au cours d'une émission qui passe en boucle dans les zappings, le docteur Michel Cymès, bien connu comme animateur pour " le magazine de la santé", on pose une question à cet éminent Diafoirus rigolard:

    " Comment peut-on retenir l'éjaculation le plus longtemps possible?"

    Réponse de l'éxégète D'Hippocrate: "En se faisant un noeud au gland"!! texto...et il en fait serment...

    Au cours de l'émission du magazine de la santé par ailleurs très souvent passionnante, nous étions habitués aux "saillies " de ce bon docteur Cymès; mais là il atteint des cimes...

    Car point trop n'en faut: même sa co animatrice, le docteur Marina Carrère D'Encausse, qui lui lance des regards en biais par avance attérrés, tant elle redoute les réponses, en perd souvent son latin, ce qui est un comble quand on a une mère académicienne... 

     Ce monsieur est un artiste à l'humour très "Bigardien"...à moins qu'avec ses petits yeux ironiques, sa lippe condescendante, il affiche avec détermination son évidente misanthropie, ce qui n'est pas incompatible, ni même paradoxal, avec les études de médecine(...)

    Céline était médecin ET d'extrème droite; mais je m'égare, et pas seulement de Montparnasse, (ouaf ouaf!)

    N'empêche, je ne le choisirais pas comme médecin, le docteur Cymès: car si je le consultais pour une angine, je risquerais de me retrouver avec un toucher rectal, en m'affirmant qu'il a ma santé à l'oeil...eh ben oui!

    Il vient de sortir un bouquin sur les hypochondriaques-les malades imaginaires-.

    Le docteur Cymès est sans doute un vrai médecin, mais l'humoriste, lui, est imaginaire...

     

  • Identité amoureuse...

    Aux portes de Paris, quasi au quotidien, c'est west side story;  sans la belle musique de Bernstein et la magnifique chorégraphie de Jérôme Robbins; mais ce film génial mythique de 1960, est hélas, d'une brûlante actualité..

    Deux bandes: une, côté métro porte de Saint -Cloud, de l'autre côté, la banlieue ( pas la pire)...le film commence: un porto est amoureux d'une amércaine; Tony et Maria; la fiction ressemble à cette réalité; elle fait partie de l'autre bande; elle n'aime plus le garçon de la bande adverse; Malik se moque de lui; il prend un couteau dans le ventre...il avait dix-sept ans.

    On sort du film en larmes: Tony, à l'ultime scène, meurt dans son terrain vague, et dans les bras de Maria, parce qu'il n'a pas su respecter "son territoire"...

    A une époque où il faut lever la patte pour justement délimiter son territoire, y compris dans les mêmes ethnies, on ne sétonnera pas que les coins reculés sentent fortement l'urine...

    Ou est passé le temps où on se tirait les cheveux pour un sac de billes volé? les billes sont remplacées par des balles ; une nouvelle haine qui traduirait une telle incertitude du lendemain, qu'on en n'arrive à banaliser la violence, -une discussion vive à la récré? on sort une lame- au milieu d'un fatras d'informations; heureusement qu il n y a pas que les schizophrènes qui tuent(...); (ceci uniquement dans le but de crédibiliser les psys qui en ont bien besoin.)

    Il faut aller s'aimer en région; là où le coeur est à gauche...c'est plus calme...

    Aimer; un verbe qui a toujours fait rêver...

  • La rose et le chou...

    Maman, comment qu'on fait les bébés?

    Demande à ton père, après tout, il y est pour quelque chose!

    Papa, comment qu'on fait les bébés?

    Demande à ta mêre , après tout, c'est elle qui t'a fait.

    Mamie, comment...

    Toi, tu es né dans un chou, puisque tu es un petit garçon...ta petite soeur elle, est née dans une rose..

    Ah c'est pour ça qu'elle est de la même couleur! Et la petite graine que le papa met dans le ventre de la maman?

    Des histoires de grandes personnes...

    alors moi aussi je deviendrai une grande personne?

    Oh tu as bien le temps...

    Eh voilà: fais avec ça: c'était le temps des culottes courtes, des blouses grises, des malabars et des chocos BN; pas de réponses objectives; nous étions là, fantasmant, imaginant les pires scénarii; c'était le temps des films interdits au moins de seize ans pour un baiser en gros plan et deux seins aperçus de profil...et le soir, on s'adonnait, tordu par la culpabilité, au péché D'Onan, à cette pratique légendaire qui rend sourd...on risquait même la luxation du poignet, tant l'interdit incite à multiplier les actes...

    Aujourd'hui, madame le ministre de la santé, veut"mettre le paquet" en matière d'éducation sexuelle, et ce, le plus tôt possible; une jolie métaphore, issue de son inconscient exacerbé sans doute par ses visites familières dans les vestiaires après les matchs...

    A une époque où dès la sixième, les gamins regardent des films pornos sur le net, le paradoxe est tel qu'ils ne sont pas plus informés sur la sexualité tout en conservant pour longtemps, une image sale et péjorative du sexe...

    Et toujours le même schéma; les garçons hâbleurs entre eux, sont les plus timorés; l'âge du premier rapport n'a pratiquement pas changé ; entre 16 et 17 ans dans cette génération, même si la "parité"engage plus les filles à prendre des initiatives; elles ne craignent plus de dire" j'ai envie de toi"...quitte à tout confondre...200 000 avortements par an en France: paradoxe invraisemblable en ces temps de surinformation, et ce n'est pas qu'une affaire de logistique et de gros sous...

    Alors quoi? dire, tout simplement: répondre le plus tôt possible avec les mots adaptés...rien n'est plus sourd que celui qui...et comme dit le docteur Stéphane Clerget(avec un T, chacun son ministère) pédopsy, " on n'est pas obligé de leur expliquer le Kamasutra" c'est pourtant utile pour se positionner...dans la vie...

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu