opera1

Avertir le modérateur

- Page 4

  • Demain, dès l'aube..

    Film de Denis Darcourt;

    Mathieu, pianiste célèbre, marié à une femme d'affaire qui est aussi son agent, rend visite à sa mère atteinte d'un cancer; celle-ci lui demande de veiller sur son frère cadet, Paul, magasinier...Paul a aussi une passion, celle d'appartenir à ces jeux de rôles, sociétés ludiques diverses; celle-là consiste à devenir un hussard de Napoléon...Ainsi se retrouvent toutes couches sociales réunies par la même passion...en respectant la hiérarchie.

    Beau sujet original, excellents interprétes:  en tête, Vincent Perez, magnifique, face à Jérémie Régnier très convaincant...
    Dommage que Denis Darcourt ne maîtrise pas son sujet; son premier long "la tourneuse de pages"  était mieux réussi;(avec Catherien frot géniale comme toujours).

    Ici, le spectateur dispose de plusieurs grilles de lectures: conte philosophique, inceste maîtrisé, et thriller...et c'est là précisément que la mise en scène flotte: de vouloir tirer la fin vers le thriller, ainsi les personnages se perdent; et la descente aux enfers surtout celle de Matheiu,  n'est pas crédible:

    En choisissant la lecture psychanalytique, on pourrait dire qu il suffit que l' homme soit un petit garçon, qu'il le sache, sans faire"pan, t'es mort", quand il est grand...ou, il risque de ne plus se relever...

    Bon film d'été, à voir surtout pour ses acteurs( également Aurélien Recoing, comédien de théâtre excellent).

     

     

  • Le préfet suspendu

    ...Suspendu, oui mais par quel bout?  par quel bout veux-je dire, faut-il encore aborder le racisme?

    Le raciste est un homme qui s'est trompé de colère, mot célèbre:

    il y a trop de noirs ici, a dit monsieur le Préfet à Orly...de gens de couleurs a atténué son épouse; et l'employée antillaise qui a fait son travail a porté plainte; elle a  bien fait; surtout en raison de récidive de ce monsieur; mais alors, le petit Manuel Valls qui se laisse aller se croyant seul à son racisme ordinaire, c'est à dire au nôtre, n'a pas été suspendu...car enfin, où commence le racisme et où finit-il?

    Cela vaut dans les deux sens: une famille africaine vivant la nuit dans la résidence, musique à fond, et fête bruillante, m' a traité de raciste; c'est peut-être parce que j'ai osé frapper à la porte après trois nuits de patience...ce n'est vraiment pas une question de couleur de peau...vivre ensemble, c'est tout simplement respecter les autres;  en plus, on ne demande à personne de faire connaissance...

    Quant à nos élus, s'il fallait suspendre tous les racistes, de nombreux emplois seraient vacants...

    Comme dit le confesseur: si tu es suspendu, repens-toi...

     

     

  • Une famille sans histoires

    C'était une famille sans histoires, respectée par tous: une famille normale...

    La normalité n'existe pas; mon patron, professeur de psychiatrie disait que "normal, c'est un programme pour machine à laver!"

    Cette famille de commerçants corses ont trois enfants, dont deux jumeaux de dix ans; une nuit, l'ainé de seize ans, arme le fusil et tire quatre balles: il tue son père, sa mère et ses deux frères; puis il erre toute la nuit avant d'aller chez un oncle lui avouer...mais lui avouer quoi? on en saura sans doute plus...

    La litanie des horreurs quotidiennes nous apprennent à lisser nos jugements sans discernements, dans une société de la surinformation: et les amalgames se mettent en place dans l'inconscient collectif...les incendies criminels ou non, les dealers livreurs de pizzas, les flics très nerveux ou non, les accidents de la route, les traders qui brassent...tout ceci en vrac, le soir entre la poire et le fromage;

    Oui attention aux amalgames; ce gamin de seize ans a pu faire sa première décompensation schizophrènique..c'est la "bonne tranche d'âge" .On lit que c'est un acte "sans explication"...or, il y a toujours une explication...et les parents débordés ont pu passer à côté de troubles antérieurs;

    Aucun jugement de valeur, Certes, l' horreur est là mais ce gamin qui "était probablement un autre" à ce moment du passage à l'acte, à l'aube, sa vie est suspendue dans l'horreur du vide...

  • Va donc, hé, fils de prêtre....

    -Bonjour mon père...

    -Appelle-moi papa, comme tout le monde

    -Moi je veux bien mais je suis tout de même issu du pêché...

    -Tu es issu de mes burettes...

    -ah c'est donc ça qu'il y a sous ta robe de bure..

    .Qu'est-ce que tu crois?

    'Dieu...je crois en Dieu... Dieu m'habite...

    -hélas, moi Satan m'habite...

    -Elle est bien bonne!

    -Oui, c'est ce que me disait ta mère...

    -Comment l'as tu rencontrée, maman?

    Sur la terre, mais ta mère est supérieure...

    Pardon?

    Je veux dire, c'est une femme supérieure...

    Comment ça?

    Elle retirait Jésus en croix au dessus de la tête du lit, chaque fois que...

    Combien de fois, mon fils? hi hi hi !Vous étiez tout de même dans le pêché...

    C'est vrai, mais Dieu m'a fait homme...

    Un homme qui a fait voeu de chasteté; il y a l onanisme, à portée de main!

    C'est aussi un pêché, ça fait des saletés, et puis tu ne serais pas là, mon fils!

    c'est vrai mon père, heu papa, j'ai du mal...

    Quoi donc?

    A t'appeler papa!

    Pourtant, je te confesse que...enfin...

    N'empêche, il serait tant d'évacuer cette hypocrisie...voilà plus de deux mille ans que le Christianisme nous culpabilise face à la sexualité...

    -Brisons-là, Théo, retourne au logis...

    Au revoir...papa!

    Adieu mon enfant, et bonjour à ta mère;

    Oui mon père, je n'y manquerai pas; comme vous ne m'avez pas raté...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu