opera1

Avertir le modérateur

- Page 3

  • Quand on aime, on ne compte pas...

    ...les morceaux: en huit, qu'il a scié sa copine...bien sûr, le lot quotidien d'horreurs que nous distillent les médias à longueurs d'ondes, nous habituent à relativiser, à banaliser...entre la météo et la fiction, qui est bien souvent au dessous de la réalité...

    Voyez: les paricides, les infanticides, les incendiaires...oui, oui je me répète! comment va le monde? il tourne...pas très rond, ma foi!

    il avait 25ans, paûmé, elle en avait 35, toxico...depuis toujours, la galère, le décalage entre eux et les autres; une déréalité imposée par leur quotidien et leur structure ou absence de......il a suffi d'une banale scène de ménage (refus d'acte sexuel, le plus courant...)pour que la cocotte explose: il l"a tue : fait divers...la scie en divers morceaux, huit...et là, nous sommes dans une autre dimension...

    Pathologie il y a certes, mais laquelle?; on dira que cela ne change rien...il faut savoir:jamais assez de pédagogie: ne serait-ce que pour faire évoluer l imaginaire collectif selon lequel les psys ne "font jamais rien".

    Dans ce cas présent, ce n'est peut-être pas la schizophrénie...mais probablement une décompensation psychotique qui a précipité le sujet dans la déréalité; et la machine s'emballe, celle qui mijote dans un cerveau.... fragile, est un euphémisme...

    Les êtres dont le destin est suspendu dans un vide ...remplit d'incompréhension des autres ( paranoïa) ou carences affectives graves(psychopathie), vivent l'enfer au quotidien, et pourtant, quand vous les croisez dans la rue, ils vous sourient: si si, j'en ai connu ...

    Quant au couple, quand on ignore qui on est, on ne saurait laisser la place à l'autre... 

  • Riche et malheureux...

    Mieux vaut être riche et en bonne santé que pauvre et malade...voilà un truisme qui demande réflexion...pour la santé ok; encore que les pauvres se l'abîment plus vite en consommant plus mal que les riches; mais les riches ont du cholestérol en mangeant trop...riche...

    Il était boucher...pas lui, son métier! encore que: il jouait à ces jeux de hasard soigneusement étudiés par des liibéraux à la solde gouvernemantale afin de récupérer des impôts déguisés sous une forme ludique; avec le pernicieux "ça n'arrive pas qu'aux autres" ; alors défilent les RSAistes qui redonnent d'une main la moitié de la somme que l'état leur donne de l'autre...

    Comme disait le génial Pierre Desproges,"les aspirations des pauvres ne sont pas si éloignées de celles des riches"!

    Tu seras prolo mon fils, c'est à dire tu auras soin de penser à l'argent du seul point de vue marxiste... mais tu auras le fantasme de devenir riche; le fantasme seulement; et comme tous les fantasmes, mieux vaut ne pas les réaliser; il ne s'agit pas du kamasutra... c'est bien l'argent qui fait la position...! 

    Et voilà: tu trimes des années, en te levant à l'heure où les riches se couchent, et d'un seul coup te voilà riche, toi aussi; le mot même perd son sens pour l'ex pauvre: seulement pour avoir joué pour la quarantième fois la date de l'anniversaire de sa fille...tous ces billets qui tombent du ciel: c'est la porte ouverte à une miltitude de troubles: la culpabilité d'abord, déplacée en folie des grandeurs pour qu'elle n'étouffe pas; et l'entourage qui commence une traque terrible...ah la bonne odeur du fric, des pépettes, du blé, du flouz...( z'en voulez encore?)!

    Question: que peut bien faire un ancien boucher, d'une Ferrari, d'une suite au Crillon; d'une villa à Monaco?..sinon risquer de perdre tout simplement son identité...Une ferrari (la voiture, pas la journaliste; celle-là il la regardait tous les soirs à la télé!) un joujou de 100 000 euros qui roule à plus de 200 alors qu' il y a des radars partout! alors, amende pour excès..pour excès de tout, probablement! l'a même essayé de corrompre les policiers dans l'exercice de leur fontion! eh ben, ça un vrai riche n'aurait pas osé...

    Faut pas jouer les riches quand on n'a pas le sou(le surendettement), mais faut pas non plus jouer les riches simplement parce qu'on l' a rêvé...

    Quand on se donne du mal, il n'y a pas de honte à être riche...question de désirs et de besoins...quant au jeu de hasard, on pourrait imaginer faire un procès à cette bande de pervers de la française des jeux...procès perdu d'avance: on oblige personne à jouer et à croire qu'il va gagner, surtout que cela arrive...

    Kafkaîen, l'état du boucher...même pas heureux et pour longtemps.

     

  • Partir

    Film de Catherine Corsini.

    Suzanne, mariée depuis vingt ans à un médecin renommé, a deux grands enfants; elle mène une vie confortable de bourgeoise forcément heureuse; mais elle veut retravailler, reprendre son ancien métier, kiné.

    Son mari lui fait refaire un espace pour son futur cabinet, marchande un devis qu' il paiera au noir; un maçon Catalan (inégal Sergi Lopez)est engagé et Suzanne va tomber amoureuse de lui, jusqu'à l'aliénation: la descente aux enfers commence...

    C'est vrai que l on pense à un roman de Françoise Sagan tourné par François Truffaut (référence à "vivement dimanche" avec les musiques de Georges Delerue)

    Malgré une psychologie plaquée du trio classique -mari- femme- amant, ici le traitement de la passion amoureuse est traité avec une logique jusqu'auboutiste;

    Mais ce qui prédomine dans le scénario est la réalité du seul véritable enjeu: l'argent;

    Un film de femmes pour les femmes? sans doute: nous étions trois hommes pour une vingtaine de femmes dans la salle un jour d'été à 14heures! parce que seule une femme est capable de vivre la passion amoureuse...

    "La bourge et le prolo", voilà ce qui te fais fantasmer, crie le mari anéanti (excellent Yvan Attal, dans un rôle ingrat)) qui pleure et cogne, c'est SA femme SES enfants SA maison et Suzanne, la mère de ses enfants a des comptes à rendre; ce que lui dira sa fille aussi, seul son fils la soutient;'(docteur freud?)!

    La passion est dévastatrice c'est bien connu: la cinéaste le sait puisque c'est une femme! mais elle croit aux classes sociales et à l importance de l'argent, et la passion c'est l'urgence: les scènes d'amour sont filmées dans une sorte de désespoir et de frénésie qui traduisent le dénouement fatal. la passion poussera à de telles extrémités qu'elles sont rares; mais ça sert à ça, le cinéma!

    Suzanne, c'est Kristin Scott Tomas, parfaite, qui dès le premier frisson sait qu'elle va se perdre avec...passion.

    Petit film d'été agréable avec un joli traitement de la passion amoureuse: mieux vaut avoir des remords que des regrets à condition d'éviter l'irrémédiable.

     

     

  • Si Lourdes...

    ...Est la détresse humaine que...la S N C F a vendu cette année, plus que les autres beaucoup de billets de train pour Lourdes...

    ..là où les miracles arrivent ou arriveront forcément ... il suffit de prier la Vierge Marie...la vraie, pas celle qui clignote dans la vitrine des marchands de malheurs et qui réalisent en un week end l'essentiel de leur chiffre d'affaire...Lourdes, c'est " le miraculé "le film de Jean-Pierre Mocky...

    Et pourtant, nul n'a le droit de juger la démarche des laissés pour compte, des éclopés, des aeugles, et même des mystiques...tous les êtres qui n'ont plus d'autre choix que de croire...croire, c'est une ouverture sur l'espoir...

    Mais les miracles n'existent pas; puisque le destin s'est chargé de distribuer les rôles... elle, lui, ceux-là, cabossés par la vie; " me tuer? oh non, je ne suis pas assez heureuse pour çà" (réplique de Henri Jeanson dans "entrée des artistes")...

    Démagogie, philanthropie, mercantilisme; des postulats dignes ou indignes de foi...c'est selon; tout ceci cohabite pour un but unique: la vie...même si certains paient cher pendant que d'autres s'enrichissent...

     

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu