opera1

Avertir le modérateur

Marguerite ne tousse plus...

...elle caquette; dans un poulailler avec quelques cocottes qu'elle a bien connues; avec des vraies poules; de la volaille; et les copines de Marguerite se roulent dans la paille en gloussant des débuts d'orgasme.

Armand Duval lui, (Jean-Damien Barbin) sort des toilettes, le pantalon sur les chevilles, étirant le rouleau de PQ  à la main, en criant :" c'est ça la littérature"...Une vingtaine seulement de représentations, de" la dame aux camélias", D'Alexandre Dumas fils, mâtiné Muller et Georges Bataille, sur du Sardou (Michel!);

Dans une mise en scène du trublion de l'est, Franz Castorf;comme disait Jean Cocteau à la sortie du soulier de satin, interminable :"Heureusement qu'il n' y avait pas la paire"! là, heureusement qu'il n' y avait pas le père...les deux Dumas se seraient retournés dans leur tombe.

Un spectacle foutrac, provocateur, ou voulu comme tel; et tout est noir; nous sommes au delà du terrorisme des metteurs en scène; l'avant-garde, c'est du passé...

Désolant; rarement une salle, abonnés de L'Odéon, les mêmes que ceux de la comédie française, a été autant sidérée, dans un silence glacé quand la lumière revint.

Juste avant l'entracte, un instant presque drôle: une (vraie) cantatrice ébauche l'air de la Traviata en compagnie d'une poule!

Les profs de lettres classiques quittent la salle à l'entracte, où on a l'impression de n'avoir rien vu;

Un comble; dans un décor de tournette qui a dû coûté très cher, un côté bidon-ville, l'autre boîte de nuit; faut voir Marguerite( excellente Jeanne Balibar) se trémousser sur la chanson "les feuilles mortes"; (elle a fait de la danse classique)...sous les photos de Berlusconi et de Khadafi!

D'Hitler et de Mussolini; l'humanité vue par Castorf; sans espoir.

ça éructe, ça pisse, ça vocifère, et propose de descendre au métro Bobigny; avant de poser la tête dans le four, avec la recette du poulet sauce suprême; et ça dure près de quatre heures!

Ce dimanche en matinée, le public était anéanti; même les inconditionnels de Monsieur Olivier Py.

Un pote à Py, Franz Castorf;

Sans plus d'analyse politique et philosophique, un coup, (coût) pour rien...

Miss Balibar a défendu ce triste spectacle en criant: "c'est ça le théâtre", d'ajouter que le théâtre est fait pour bousculer les consciences endormies...comme pour réaffirmer que le public parisien est le plus constipé; c'est dans le ton...

Est-ce une raison pour le mépriser, ce public?

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu